La virginité de nos jours : Attendre par amour ?

0

Depuis la nuit des temps, la religion occupe une place majeure dans notre société. À l’époque, la Bible et les textes religieux dictaient nos faits et gestes et il était expliqué de manière limpide que la sexualité hors mariage n’avait pas lieu d’être. Mais depuis quelques générations, la libération de la femme et l’avènement de la sexualité ont apporté un vent de fraîcheur mettant ainsi à la disposition de la femme la liberté de choisir le bon moment pour avoir une relation sexuelle. Cependant, pour beaucoup de femmes ce fameux « bon moment » demeure après le mariage.

Attendre par amour

Notre société valorise les expériences sexuelles, mais beaucoup préfèrent encore attendre. Comme nous l’avons vu dans notre article sur le thème de l’abstinence, nombre de personnes prônent une relation basée sur autre chose que la sexualité. À la différence dans ce cas précis, qu’elles veulent s’assurer d’être avec la bonne personne pour passer à l’acte.

Un concept complexe

La virginité de nos jours est plus complexe qu’au siècle dernier. Tout d’abord, elle doit se vivre à deux et que ce n’est pas la majorité qui la pratique. Ensuite, le mariage intervient de plus en plus tard et que de ce fait, le temps d’attente peut paraître bien long. Enfin, la valeur fondamentale du mariage n’est plus ce qu’elle était et de moins en moins de personnes unissent leurs relations devant Dieu.

Le faire pour les bonnes raisons

Lorsque la virginité est choisie et assumée, elle peut se vivre sans aucune déception. Exemple de cette femme, qui à 40 ans se préservait toujours pour l’homme de ses rêves qu’elle n’avait pas encore rencontré. Elle vivait très bien ses convictions.

Pour d’autres personnes par contre, la virginité peut sembler un peu forcée. Les raisons de cette abstinence peuvent n’avoir aucun rapport avec la religion. Un simple blocage face à la sexualité peut pousser à s’éloigner le plus possible d’une vie sexuelle. Cela peut être le cas de victimes de harcèlement sexuel dans la jeunesse. Il y a celles et ceux qui croient qu’ils ne sont jamais assez bien pour l’autre et qui se replient sur eux-mêmes et se noient dans le sport ou le travail.

Au début des années 2000, la société s’est moquée des personnes encore vierges passé la trentaine. Cela a poussé plusieurs d’entre elles à se sentir isolées, incomprises et certaines se sont même inventé une vie de débauche pour paraître normales. Le paradoxe dans tout cela, c’est que de nos jours il est mieux perçu d’avoir plusieurs aventures sans lendemain que d’afficher sa conviction d’attendre le prince charmant pour vivre un conte de fées.

Partager

Un commentaire ? Une remarque ? Allez-y, dites-nous tout !