L’orgasme est le meilleur des antidépresseurs

0

Savez-vous comment on appelle l’orgasme ? Du fait de son intensité qui entraîne une sensation d’euphorie difficilement explicable, l’orgasme est surnommé « la petite mort ». Il est quasiment impossible de définir avec précision les sensations ressenties lors d’un orgasme, tout simplement parce que chacun le vit à sa façon. Une chose sur laquelle tout le monde s’accorde, est le fait que c’est plutôt agréable !

C’est le meilleur des antidépresseurs

Par définition, l’orgasme est le point culminant de l’excitation sexuelle. Lorsque le point de non-retour est atteint et que l’excitation est à son comble, l’orgasme survient quelques instants après. Notre cerveau est le plus grand responsable de cet état de plénitude. Il s’allie avec l’hypophyse. Ensemble, ils jouent un rôle important dans la sécrétion d’endorphines, une hormone 100 % naturelle qui se rapproche de la morphine. Le cerveau est complexe, mais généreux. Il nous ferait cadeau de l’hormone antidépressive DHEA ou déhydroépiandrostérone dont la sécrétion serait multipliée tout simplement par cinq au moment de l’orgasme.

Un orgasme par la force de la pensée

De nombreuses personnes ont déjà expérimenté le fait de ressentir un orgasme pendant leur sommeil. Cela survient à la suite d’un rêve érotique tellement intense que même sans contact physique réel, l’orgasme surgit. C’est la preuve majeure que notre cerveau joue un rôle primordial dans l’excitation. La première des conclusions serait que pour atteindre l’orgasme, il ne suffirait pas d’avoir de la technique, mais bel et bien une certaine capacité à contrôler son cerveau. Plusieurs personnes affirment être en mesure d’atteindre l’orgasme simplement par la force de la pensée. Cela demande énormément de concentration, de lâcher-prise et de connaissance de soi.

Une sensation proche de la douleur

Plusieurs scientifiques à travers le monde se sont penchés sur cette question. La recherche portait sur l’activité du cerveau pendant l’orgasme et les résultats sont plus que surprenants. En effet, des femmes étaient invitées à atteindre l’orgasme par la masturbation tandis que des appareils sophistiqués enregistraient leurs ondes cérébrales. Le plaisir sexuel allume des parties du cerveau spécifiques comme celles de la mémoire, du toucher, de la récompense et même de la douleur. Il apparaît également que l’excitation désactive les zones responsables de l’anxiété et de la peur. L’activité cérébrale lors d’un orgasme est semblable à celle d’une personne en crise d’épilepsie.

Nous pouvons facilement conclure que l’orgasme est facile à atteindre à partir du moment où le cerveau se trouve dans les meilleures conditions possible. Nous l’avons vu à maintes reprises, lorsque la tête n’y est pas, le sexe non plus. Les femmes ont davantage de difficultés que les hommes à se laisser guider par leurs sensations. Certaines ont ce pouvoir de lâcher-prise et cette facilité à se concentrer sur leur respiration et leurs sensations qui les amènent à atteindre l’orgasme par la simple force de la pensée. Il faut donc tout simplement apprendre à se détendre et à respirer pour que le cerveau fasse son boulot.

Partager

Un commentaire ? Une remarque ? Allez-y, dites-nous tout !