Le missionnaire : à faire et à refaire sans modération

0

S’il est bien une position sexuelle que tout le monde est censé connaître et avoir déjà pratiqué au moins une fois dans sa vie, c’est celle du missionnaire. Avec elle, pas besoin de jouer les acrobates, de posséder des objets en tout genre, d’avoir une souplesse qui résiste à toute épreuve, ni d’investir dans des guides de pratiques sexuelles comme le Kama Sutra ou Le sexe pour les nuls pour la réaliser.

Un grand classique

Pour ceux qui auraient oublié de réviser leurs classiques, la position du missionnaire, c’est celle où la femme est allongée sur le dos et où l’homme, allongé sur elle la pénètre de face. Certes, c’est une position très classique que certains aventuriers du sexe peuvent considérer comme ringarde, trop basique ou réservée à pépé et mémé. Erreur ! Le classicisme peut tout à fait avoir du bon et on peut même l’épicer un peu ou beaucoup pour améliorer les sensations.

Une position sexuelle romantique

Le missionnaire est une position sexuelle plutôt romantique puisqu’elle permet aux deux amants de s’embrasser autant qu’ils le souhaitent et de se regarder dans les yeux pendant l’acte. De façon plus coquine, elle permet surtout à la femme d’avoir les mains complètement libres et donc d’avoir la possibilité de les balader où bon lui semble. Des caresses dans le dos ou sur les testicules en passant par un ou plusieurs doigt(s) dans l’anus mais seulement si monsieur est d’accord bien sûr, sinon ça risque de lui faire bizarre !

Il est certain que si madame reste sur le dos en mode étoile de mer et qu’elle passe le temps comme elle peut à compter les dalles du plafond pendant que monsieur fait des va-et-vient de métronome, l’ennui guette et l’orgasme, surtout celui de madame, n’est pas près d’arriver. Au contraire, ce n’est pas parce qu’elle est sur le dos que la femme doit rester inactive en attendant que ça se passe. Elle doit elle aussi faire des mouvements de va-et-vient plus ou moins intenses avec son bassin. Rapide, lent, lent, rapide, il faut alterner le rythme pour une excitation qui monte en crescendo.

Varier les plaisirs

La femme, sur le dos, n’est pas obligée de garder les jambes complètement écartées. Elle peut tout à fait resserrer ses cuisses l’une contre l’autre pour rendre le passage de sexe de l’homme plus étroit et ainsi augmenter les sensations des deux partenaires. Elle peut également lever ses jambes en l’air avec ses pieds au niveau des oreilles de monsieur qui pourra les embrasser et les lécher à l’envie. Les fétichistes des pieds féminins apprécieront bien volontiers, les autres passeront leur tour. Dans cette position avec les jambes en l’air, il devient bien plus compliqué pour la femme d’exercer des mouvements de va-et-vient mais l’angle d’inclinaison de la pénétration favorise la montée du plaisir.

Comme cela a été dit précédemment, l’homme fait principalement des mouvements en alternant le rythme. Il peut également profiter du fait d’être face à sa partenaire pour l’embrasser dans le cou, lui lécher les seins et lui mordiller les tétons mais aussi lui glisser des mots doux ou crus ou les deux au creux de l’oreille. Enfin, il peut également lui caresser le clitoris plus ou moins fortement pour l’aider à parvenir à l’orgasme et la jouissance et pour ce faire un sextoy spécial clitoris comme le Fairy Massager sera un arme redoutable pour amener madame à l’extase absolu !

Partager

Un commentaire ? Une remarque ? Allez-y, dites-nous tout !