Trouver le Point G d’une femme pour l’amener à l’orgasme

0

Le corps féminin n’a pas encore livré tous ses secrets et s’il en est un que beaucoup aimeraient percer, c’est celui du point G. Existe-t-il réellement ? Sa stimulation entraîne-t-elle un orgasme surpuissant ? Toutes les femmes en sont-elles pourvues ? Comment trouver le point G chez la femme pour l’amener à l’orgasme ? Comme vous le voyez, le point G pose beaucoup de questions.

Le point G chez la femme, rêve ou réalité ?

Revenons en arrière, dans les années 1950, en Allemagne. C’est à cette époque que le docteur Gräfenberg, un gynécologue de renom, s’intéresse au plaisir féminin. Sans vraiment préciser s’il existerait ou non un organe précis dans l’anatomie féminine, il observe lors de ses expériences et de discussions avec ses patientes qu’il y a une zone dans le premier tiers du vagin qui provoque beaucoup de plaisir voire des orgasmes. Depuis, une multitude de thèses ont vu le jour. Si quasiment tous les scientifiques qui s’intéressent au sujet s’accordent sur le fait qu’il existe bel et bien une zone extrêmement érogène dans le premier tiers du vagin, ils ne sont pas tous d’accord sur sa nature. Pour certains, il s’agit d’un point bien défini et en quelque sorte autonome. Pour d’autres, il pourrait s’agir d’une sensibilité accrue due à une forte innervation du premier tiers du vagin ou encore de la proximité avec le sphincter de l’urètre ou du clitoris.

Bon, pas besoin d’être médecin, gynécologue ou même spécialiste de la sexualité pour savoir qu’une stimulation à ce niveau-là provoque beaucoup de plaisir chez la femme. Il est d’ailleurs aujourd’hui possible chirurgicalement d’augmenter artificiellement cette zone pour accéder plus facilement et plus intensément à l’orgasme mais il n’est peut-être pas utile d’aller jusqu’à de telles extrémités.

Pour commencer, si une femme (généralement elles le veulent toutes !) souhaite atteindre l’orgasme vaginal, il faut qu’elle connaisse son corps pour pouvoir aider son partenaire à faire ce qu’il faut. Pour cela, la masturbation avec les doigts ou avec l’aide d’un sextoy permet une exploration intime et une découverte de son propre corps et de ce qui lui apporte du plaisir. Lors de la relation à deux, certaines positions vont favoriser la stimulation du point G comme la levrette par exemple mais également le missionnaire à condition de relever ses jambes en les positionnant au niveau des oreilles et du cou du monsieur. Les contractions de son vagin lors des va-et-vient aident également à la stimulation du point G donc à la montée du plaisir et sont généralement aussi très agréables pour le sexe masculin.

En parlant du sexe masculin, une zone de fort plaisir a aussi été détectée chez l’homme. On le nomme lui aussi point G par extension mais ce brave docteur Gräfenberg n’a rien à voir dans l’histoire. Le point G masculin se situe donc près de l’urètre, au niveau de la paroi antérieure du rectum. Pour le stimuler, il n’y a pas 36 solutions, il faut passer par l’anus. Cette stimulation au niveau anal peut se faire avec un doigt ou plusieurs ou un sex-toy. Elle permet une jouissance très forte, différente de l’orgasme pénien, et qui peut évidemment être réalisée dans un couple d’hétérosexuels.

Partager

Un commentaire ? Une remarque ? Allez-y, dites-nous tout !